Un député demande des étiquettes d’avertissement sur les photos éditées par les influenceurs sur les réseaux sociaux

Les influenceurs des médias sociaux devraient être tenus d’ajouter un logo aux images dont l’apparence a été fortement modifiée numériquement, selon un député britannique.

Le Dr Luke Evans, un ancien généraliste devenu député conservateur, a présenté au Parlement un projet de loi sur l’image corporelle modifiée numériquement, qui, selon lui, exigera que les personnes payées pour publier sur les réseaux sociaux (influenceurs, annonceurs, diffuseurs, etc.) soient « » honnête et franc » avec le public qu’ils ciblent. Le projet de loi obligerait les principaux réseaux sociaux à créer le logo, qui pourrait ensuite être ajouté aux publications modifiées.

Le Dr Evans souhaite que le logo s’applique aux publications où les corps et les parties du corps ont été modifiés pour déformer leur apparence réelle. Le député de Bosworth dans le Leicestershire a déclaré que les images fortement modifiées sur les plateformes de médias sociaux contribuent à l’augmentation des cas de troubles de l’alimentation et de problèmes de confiance en son corps.

Il a dit Nouvelles du ciel: « L’une des choses qui me préoccupe le plus, c’est que les gens essaient de réagir à une image à laquelle ils ne peuvent jamais réellement accéder.

« Parce que, si vous corrigez votre image, agrandissez vos biceps, votre taille plus fine – et qu’il y a plusieurs images reproduites sur les réseaux sociaux – le problème est que vous créez l’impression que, quoi que vous fassiez, lorsque vous allez à la salle de sport , quelle que soit la qualité de votre alimentation, vous ne pourrez jamais reproduire cela.

“Je n’ai aucun problème avec les gens qui aspirent à être en forme et en bonne santé, mais pas dans un sens déformé que nous ne pourrons jamais atteindre.”

Le rapport Sky souligne que les troubles de l’alimentation et la dysmorphie corporelle ont considérablement augmenté pendant la pandémie. Entre avril et octobre de l’année dernière, il y a eu 41 % d’admissions à l’hôpital en plus par rapport à la même période en 2022.

« 51 % des filles de 7 à 10 ans se sentent « très heureuses » de leur apparence, mais à l’âge de 11 à 16 ans, lorsque la plupart des filles commencent à utiliser les médias sociaux, ce chiffre tombe à seulement 16 %”, indique le rapport.

Similaire Postes

Article suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

PUBLICITÉ

RECOMMANDÉ