AVIS : Comme chaque mois de janvier, la Consumer Technology Association a lancé la nouvelle année en beauté en invitant certains des plus grands noms de la technologie à présenter leurs prochains produits et concepts à CES 2023.

La conférence de Las Vegas a retenu l’essentiel de notre attention cette semaine, avec des annonces majeures de la part de Samsung, LG, Nvidia, Intel et Lenovo (pour n’en nommer que quelques-uns).

Cependant, nous avons décidé de chercher ailleurs le gagnant et le perdant de cette semaine. Faites défiler vers le bas pour savoir qui nous avons choisi et pourquoi.

Gagnants et perdants Realme atteint des vitesses de charge

Vainqueur : Realme

Realme est notre gagnant après que la société a annoncé un téléphone capable de charger de 0 à 100 % en quelques minutes.

Le Realme GT Neo 5 – qui a été dévoilé en Chine cette semaine – marque le premier smartphone à proposer une charge rapide de 240 W. 240 W est en fait la limite pour la charge USB-C, il serait donc assez difficile pour une entreprise de battre ces vitesses sans aller au-delà de la norme USB actuelle.

Realme n’a pas précisé combien de temps le GT Neo 5 prend pour se charger, mais la marque dit que le téléphone peut atteindre une « charge complète en quelques minutes ».

Considérant qu’il nous a fallu environ 95 minutes pour charger complètement l’iPhone 14 et 72 minutes pour recharger le Samsung Galaxy S22, le GT Neo 5 semble certainement impressionnant à cet égard.

Realme a couplé le téléphone avec le premier câble de charge 12A au monde avec quatre fils 21AWG et une double brique de charge GaN pour rendre ces vitesses possibles. Des mesures de surveillance de la chaleur et d’ignifugation sont également en place pour garantir que le téléphone peut être rechargé en toute sécurité à ces vitesses fulgurantes.

Nous ne savons pas encore à quoi ressemble la GT Neo 5 et nous ne savons pas non plus ce qu’elle a en réserve au-delà de sa date de sortie en février en Chine, mais le système de charge de 240 W arrivera sur le marché mondial plus tard cette année.

Un contrôleur Xbox série X noir flottant sur fond noir

Perdant : Microsoft

Notre perdant est Microsoft – ou peut-être plus précisément, les joueurs Xbox – après que la société se soit plainte que Sony avait conclu des accords avec des éditeurs pour exclure les consoles Xbox de certaines versions de titres.

La réclamation a été faite dans le cadre de la réponse de Microsoft à l’examen de l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) sur le projet d’acquisition d’Activision Blizzard par le géant du jeu vidéo.

« En plus d’avoir un contenu purement exclusif, Sony a également conclu des accords avec des éditeurs tiers qui exigent l' »exclusion » de Xbox de l’ensemble des plates-formes sur lesquelles ces éditeurs peuvent distribuer leurs jeux », a écrit Microsoft dans un passage souligné par KoreaXboxNews. .

Selon le document, cette liste de jeux exclus comprend le remake de Final Fantasy VII, Bloodborne, Final Fantasy XVI et le remake de Silent Hill 2.

L’intention de cet argument semble consister à démontrer comment toutes les grandes sociétés de jeux (Nintendo incluses) participent à des accords d’exclusivité, mais cela a surtout fini par décevoir les fans de Final Fantasy qui espéraient une annonce Xbox cette année.